Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

COMMANDE du livre

 

 

couv photograffies- V1

 

eBook

 

Le Collectif des 12 Singes (blog, page fb) a lancé officiellement son 4è livre autoédité "Photograffi(ti)es d'Expressions Murales : Pierres Philosophales (Volume 1)" (aussi consultable en eBook, communiqué de presse pdf ici) à l'occasion des 5 ans de notre coopérative rédactionnelle (pour COMMANDER A PAS CHER, c'est par là)

 

  
eGalerie pour avoir du street-Art chez soi

23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 10:56

Nous publions dans cette catégorie "Lost in Translation / Explanation" des graffs dont nous cherchons à connaître l'auteur, la signification exacte du message ou le thème/le perso qui l'a inspiré !!!

 

Si vous pouvez nous aider dans notre quête et au passage renseigner la Communauté, Merci !!! Il suffit pour cela de poster votre information en commentaire !


 

 

tchèque

 

La langue de ce graff est du slave ! On checke mais ça semble bien être du tchèque ! Si vous connaissez des gens qui le parle et qui peuvent nous aider Merci pour la Communauté car le graff est déjà bien joli et magnifiquement mis en scène, mais si on comprend le message c'est encore mieux !

Repost 0
Published by Photograffeurs de Pierres Philosophales - dans Lost in Translation-Explanation
commenter cet article
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 11:19

 

Nous publions dans cette catégorie "Lost in Translation / Explanation" des graffs dont nous cherchons à connaître l'auteur, la signification exacte du message ou le thème/le perso qui l'a inspiré !!!

 

Si vous pouvez nous aider dans notre quête et au passage renseigner la Communauté, Merci !!! Il suffit pour cela de poster votre information en commentaire !

 

 

 

formule chimique  {photo prise à Marseille en novembre 2010}

 

Nous croyons déjà savoir qu'il ne s'agit pas de la formule chimique du LSD mais nous n'avons pas plus d'info !

Si ça se trouve, il ne s'agit même pas de la formule chimique d'une drogue, mais ça nous étonnerait beaucoup quand même :-)]}

 

A vous de nous dire, MERCI pour vos renseignements utiles !

 

 


 

 

Nous avons la réponse, grâce à la maman d'un de nos singes qui bosse comme laborantine chez Novartis (la boîte pharmaceutique pour laquelle Albert Hofmann a découvert par accident le LSD, même si dans le cas présent ça n'a rien à voir).

 

Il manque un H en haut à droite de la formule, mais il s'agit de la tyrosine [Tyr ou Y : C9H11NO3 ou acide (S)-2-amino-3-(4-hydroxyphényl)propanoïque], un acide aminé aromatique, polaire. Elle participe à la synthèse des catécholamines : l'adrénaline, la noradrénaline, la dopamine et la DOPA. Elle est aussi précurseur de la mélanine (pigment qui colore la peau, les poils, l'iris)et des hormone thyroïdienne (formation de thyronine à partir de deux tyrosine).

 

formule chimique tyrosine

 

 

 

Henri Laborit fut un des premiers chercheurs à l'employer et à obtenir les brevets mondiaux d'application thérapeutique, dans le traitement des états de choc, des dépressions, de l'hypertension artérielle et de la maladie de Parkinson. Il dut abandonner car il ne trouva personne à l'époque pour les exploiter.

Né le 21 novembre 1914 à Hanoï, alors en Indochine, et mort le 18 mai 1995 à Paris, médecin chirurgien et neurobiologiste, il introduisit l'utilisation des neuroleptiques en 1951. Il était également éthologue (spécialiste du comportement animal), eutonologue (spécialiste du comportement humain) et philosophe.

Il s'est fait connaître du grand public par la vulgarisation des neurosciences, notamment en participant au film Mon oncle d'Amérique d'Alain Resnais. D'après lui, « Tant qu'on n'aura pas diffusé très largement à travers les hommes de cette planète la façon dont fonctionne leur cerveau, la façon dont ils l'utilisent et tant que l'on n'aura pas dit que jusqu'ici cela a toujours été pour dominer l'autre, il y a peu de chance qu'il y ait quoi que ce soit qui change. »[1]


En tant que chirurgien, Henri Laborit s'intéresse à la qualité de l'anesthésie et plus particulièrement à la neuroleptanalgésie, ce qui le conduit à deux premières grandes découvertes :

  • de 1950 à 1952, il met au point la technique de l'hibernation artificielle, qui va révolutionner la chirurgie. 
  • en 1951, il introduit la 4560 RP chlorpromazine, le premier neuroleptique au monde. Cette molécule, commercialisée sous le nom de Largactil, est utilisé dans le traitement de la schizophrénie.

 

Il s'oriente par la suite vers l'étude des mécanismes liés au stress. En 1958, il crée le laboratoire d’eutonologie [3]. Il y travaille avec son équipe à l’hôpital Boucicaut et en est le directeur jusqu'à sa mort.

En même temps, il dirige la revue Agressologie4] jusqu'en 1983.


Il donne sa vraie importance à la névroglie ou ensemble de cellules gliales, et aux radicaux libres, bien avant leur irruption dans la presse radio-télévisée et même dans la presse scientifique. Il est également le premier à synthétiser le GHB au début des années 1960.

En 1968, il publie son premier ouvrage de vulgarisation, Biologie et structure. Il écrit par la suite une trentaine d'œuvres dédiées à la philosophie scientifique et à la nature humaine.

Henri Laborit est aussi l'un des pionniers de la théorie de la complexité et de l'auto-organisation du vivant par l'introduction de la cybernétique et de la systémique et sa participation au Groupe des dix.

Durant toute sa vie, Henri Laborit est un esprit curieux et anticonformiste : il prend la défense de façon inattendue de la revue Planète contre les attaques de l'Union rationaliste dans les années 1960, il rappelle discrètement les massacres de Vendée dans Mon oncle d'Amérique en 1980, il participe au comité de direction de l'Institut de Sémantique générale de Lakeville. Il ne se laisse pas étiqueter sous quelque mouvement que ce soit.

En 1969, les étudiants en urbanisme de la nouvelle Université de Vincennes l'invitent à animer une unité de valeur intitulée « biologie et urbanisme », ce qu'il fait jusqu'en 1974.

Avec son livre La Nouvelle grille (1974), il fait connaître ses idées sur la biologie comportementale au grand public dans le contexte favorable d'après mai 68. Le bon accueil fait par un public lettré à ce livre le conduit à écrire Éloge de la fuite, qui en constitue une introduction accessible à tous; celle-ci connaîtra plusieurs réimpressions en version de poche.

Ses travaux sur le conditionnement sont à la base du film Mon oncle d'Amérique d'Alain Resnais en 1980. Il y expose les expériences scientifiques conduites sur des rats et qui l'ont amené à développer le concept d'inhibition de l'action et qui explique dans quelles conditions de stress des rats isolés somatisent (apparition d'ulcères).

Il n'a pas eu le prix Nobel bien qu'il ait été nommé. D'après Pierre Huguenard, professeur émérite à la Faculté de Médecine de l'Université de Paris XII, ce prix lui aurait échappé « à cause de l'hostilité du microcosme médical civil français, et plus précisément parisien »[5]. Alors qu'il était pressenti pour le Prix Nobel, le doyen de la faculté de Médecine de Paris, envieux de son succès et supportant mal les remises en question que ses travaux suscitent, fait le voyage à Stockholm pour dissuader le jury de lui décerner la prestigieuse récompense. [6].

La république française l'a élevé au grade d'Officier de la Légion d'honneur en 1967.

Repost 0
Published by Photograffeurs de Pierres Philosophales - dans Lost in Translation-Explanation
commenter cet article